Le premier jour du voyage, je me suis réveillé très tôt le matin. Ma mère d’accueil s’est réveillée avec moi pour dire « bon voyage » et un car du programme est venu me chercher. Nous sommes arrivés à l’aéroport plus tard le matin, nous avons fait tous les processus pour l’avion, et le vol durait l’après-midi et le soir. Nous sommes arrivés à Dakar et il y avait encore de processus et de queues avant de partir de l’aéroport. On a dû attendre longtemps pour faire tous les papiers nécessaires mais il n’y avait aucun problème. Nous avons trouvé nos bagages et nos guides de Baobab Center, le groupe qui a organisé tous les activités de la semaine pour nous. Nous sommes allés à l’hôtel, où nous avons trouvé de jolies chambres et nous avons mangé un bon repas au dehors avant de dormir. Nous avions des chambres à deux ou trois. Nous faisions attention de mettre de la moustiquaire régulièrement. Il faisait très chaud, même la nuit. Nos guides étaient très aimables et nous avons essayé de parler avec eux dans leur langue traditionnelle, le wolof. Notre guide principal nous a expliqué qu’on est toujours chez soi au Sénégal, parce que la richesse du pays est l’hospitalité.

Le premier matin, nous sommes réveillés à l’hôtel et nous avons mangé des croissants, du pain, et du café, un repas plus ou moins typique français. On voit déjà qu’il y a une influence française sur certains aspects de la vie, et on le voit au petit-déjeuner. Nous avons un grand car a quinze personnes et un conducteur qui nous a amené partout. Nous sommes allés à Baobab Center pour une orientation de la culture, la famille, et d’autres aspects qui sont peut-être diffèrent ou surprenant pour les américains. La route est très intéressante parce qu’on voie toutes sortes de transportation – des vélos, des charrettes, des buses, des voitures, des taxis, et des piétons. Il y a du sable partout, plein d’arbres et beaucoup d’ordures aussi. Les gens se trouvent dans la rue pendant la journée à cause de la chaleur. Les enseigneurs à Center Baobab étaient très accueillant. Des guides nous ont fait connaissance du quartier et il faisait très chaud. Nous sommes rentrés à Baobab Center pour un repas traditionnel, assis par terre avec des grands bols de riz et un plat national, le « ti bou djan ». C’était très bon et on le mange avec la main droite, sans fourchette. Ensuite, on a bu du thé sénégalais, un vrai art, et on a eu une leçon de valeurs sociales sénégalaise. Apres cette activité, nos guides nous ont amené chez les familles d’accueil pour les rencontrer pour la première fois. J’étais avec une autre fille du groupe et nous avions un père, une mère, trois sœurs et cinq frères. Ils étaient très heureux de nous rencontrer et nous étions fatigué mais nous avions très envie de voir la vie familiale.

Le deuxième jour, nous sommes allés à l’Université de Dakar, le plus grand université de l’Afrique de l’ouest. Nous étions triste de voir comment difficile est la vie d’étudiant. Parfois, ils partagent une chambre à deux entre dix personnes. Ensuite, nous sommes allés à un centre des décharges ménagères. C’était un grand espace où il y a maintenant une population qui tente de faire un travail de transformation des ordures. Il y a beaucoup de problèmes sanitaires et la vie des ramasseurs d’ordures est vraiment tragique. Plus tard, on est allé à une maison de femmes où environ trente femmes font des produits à vendre, par exemple du couscous et des vêtements. Elles nous ont appris leurs travaux gentiment et nous avons mangé avec elles.

Le prochain jour, on a commencé à Baobab Center avec une lecture de l’islam et son importance en Afrique. La plupart des sénégalais sont musulman et les américains connaissent très peu d’islam, alors c’était une leçon très intéressante pour mieux comprendre la culture sénégalaise. L’après-midi, on est allés à la mosquée au bord de la mer et au monument de la Renaissance, deux endroits touristiques de Dakar. Plus tard, nous avons pris un grand bateau pour aller à l’Ile de Gorée, un ile extrêmement beau avec une histoire terrible d’esclavage. Il y a un musée et une maison des esclaves préservée dans la même façon que les vendeurs l’ont eu dans les années 1880. Le soir, on est allé au marché dans le centre de Dakar où des milliers de vendeurs ont leurs achats et essayent très activement de les vendre.

Le quatrième jour, nous sommes allés à une école primaire dans la campagne pour jouer avec les enfants et parler avec les enseignants de leur travail et les difficultés qui l’accompagnent. Les enfants apprennent le français et ils voulaient parler avec nous en français. Nous sommes allés au centre médical de quelques villages très isolés à quelques heures de Dakar. Nous sommes allés au lac rose, qui est coloré à cause du sel et nous avons fait un tour dans un véhicule ouverte du lac et d’un village, un parti du désert, et de la plage près du lac. Le lendemain, on est parti des familles d’accueil pour quelques jours à une autre ville, Joal. Près de Joal, on a vu une présentation de l’avancement de la mer, la maison d’enfance du premier président du Sénégal, et nous avons passé l’après-midi à une ile où il n’y a que des coquillages par terre. On a eu un visite guide du village et des monuments de l’ile.

Le sixième jour, on est parti de notre hôtel en car comme d’habitude et on s’est arrêté à la plus grand Baobab du Sénégal. C’est un arbre immense avec une espace à l’intérieure aussi grande pour l’entrer. Ensuite, nous sommes allés à la côte et nous avons pris des bateaux de pêche pour aller à encore une autre ile. Nous avons parlé avec le chef d’un village et nous avons vu le travail des femmes du village qui fournissent des produits à vendre. Nous sommes rentrés à l’hôtel pour diner et après, un groupe de musiciens traditionnels est venu nous jouer des chansons et nous montrer la danse sénégalais. C’était une soirée mémorable. Notre dernier matin, nous sommes allés au parc d’animaux. La plupart des animaux qu’on a vus, par exemples des girafes, n’habitent plus le Sénégal à cause du développement des villes. Après, on est rentre à Dakar pour un après-midi au marché et tout le monde a acheté leurs derniers objets sénégalais. Nous sommes rentrés à Baobab Center pour dire au revoir aux guides et enseignants, et nos familles d’accueil sont venues pour un dernier repas tout ensemble.

Semaines de cours entre les séjours à Paris et au Sénégal

On est maintenant novembre ! On a trois semaines de cour avant le voyage au Sénégal, avec plein de travail et de préparations à faire. On apprend le wolof, la premier langue national au Sénégal, et nous avons des cours supplémentaire de culture avec notre professeur qui vient du Sénégal. On apprend des phrases utiles et les traditions familiales. Après la première semaine de novembre, nous avons un long week-end de férié parce que le 11 novembre est un jour national pour reconnaitre la grande guerre. Beaucoup d’entre nous ont voyagé, six à Paris. On a trouvé une auberge et nous avons partagé une chambre à six personnes. On a exploré encore les quartiers différents et on avait tous nos propres intérêts. Moi, je suis allée à St. Chapelle, une église avec des fenêtres incroyables, et le Bon Marché. Je suis retourne à Oberkampf et j’ai trouvé une pâtisserie algérienne avec plein de desserts typique du pays. J’ai gouté un bout de baklava de pistache. Le lendemain, je suis allée au Champs Élysées pour faire un tour du Triangle D’or, une promenade de trois rues avec des magasins et des hôtels très chers mais avec un style d’architecture très beau et un vu de la Tour Eiffel par un pont au coin Avenue Georges V et Avenue Montaigne se croisent. Ensuite, on a passé la journée en explorant les rues entre les Champs Élysées et la gare St. Lazare. Il y a beaucoup de galléries d’art et de cafés. On a très bien mangé aux restaurants pendant le week-end.

On est rentrés dimanche soir et j’ai passe lundi en regardant la cérémonie de 11 novembre à la télé. Ma mère d’accueil m’a expliqué les traditions et l’importance de ce jour-là dans la mémoire française. On a vu aussi un bon exemple de la culture actif de manifestation pendant la cérémonie. Il y a plein de manifestations en ce moment-là à cause du taux du chômage et les impôts imposé avec la politique d’austérité. Pendant la semaine il y avait des débats sur les journaux télévisé parce que beaucoup de gens ne croit pas qu’on a le droit de manifester pendant le jour d’unification national. On question si c’est un symbole de la perte de contrôle et de respect du président de la république, François Hollande.

Hier, on a eu un après-midi très agréable avec tous les étudiants, notre directrice, et les accompagnants au Sénégal au café. Tout le monde a profité des desserts, des boissons chauds, et de la conversation. On est tous très contents d’avoir l’occasion de voyager en Afrique et on est bien préparé avec toute l’information culturelle, économique, politique, et linguistique qu’on a vue pendant les semaines précédentes.

La vie à Rouen va très bien, il pleut souvent mais des fois il fait très beau. Des fois aussi il fait du soleil au même temps qu’il pleut – un jour on avait un grand arc de ciel. En tout cas, il faisait très beau aujourd’hui et je suis allée au four qui s’installe l’automne à la rive gauche au long du fleuve. C’est une sorte de carnaval, avec plein d’activités et jeux pour gagner un prix. Il y a plein de ménages et une grande roue. J’ai mangé un beignet et j’ai fait tout le tour pour voir les gens de tout âge qui viennent au four pour se divertisse.


Semaine à Paris et Semaine de Vacances

Voilà l’histoire d’une excellente semaine à Paris ! On est partis samedi matin pour aller au musée de la grande guerre à Meaux avant l’arrivée à Paris. Nous avons pris un car à Meaux pour voir un grand mémorial et un musée très intéressant de la guerre. On a fait un tour guidé des champs de bataille dans la région et nous avons vu quelques cimetières près du musée à la campagne. L’après-midi, on est allés à Paris et nous sommes descendus à l’auberge, le FIAP Jean Monnet. Nous avons y mangé et après nous avons fait une promenade tous ensemble à la Seine. La directrice nous a fait un surpris avec un tour en Bateaux Mouches, un grand bateau qui fait des petits voyages tous les heures à la Tour Eiffel de la Notre Dame. C’est une expérience merveilleux, surtout la nuit quand tous les lumières sont allumés. La ville est énorme, les rues sont très belles et on voie toutes sortes de gens qui se promène.


Dimanche matin, on est allés chez Angelina, un restaurant très connu à côté des Tuileries qui fait le meilleur chocolat chaud de Paris. Nous avons très bien mangé des pâtisseries délicieux. Après le petit-déjeuner, on a fait un tour de la place de la Concorde avant d’aller au Petit Palais, un ancien bâtiment magnifique qui est maintenant musée des beaux-arts. Ensuite, on était libre entre la visite du musée et le déjeuner. Je suis allée au Champs Élysées et l’Arc de Triomphe. Il y avait du monde au Champs Élysées mais c’est beau quand-même parce que la rue est gigantesque, ouverte, et il y a plein d’arbres aussi qui donne l’air moins industriel que les villes américains. L’Arc est très impressionnant, particulièrement à cause de la grande place autour d’elle où plusiers d’avenues s’unifient. L’après-midi, on a déjeuné au restaurant italien qui était super et on a assisté un concert d’Evgeny Kissin, un pianiste russe qui est connu partout dans le monde. On est rentrés à l’auberge pour le diner et après on est allé à la Tour Eiffel. Nous avons monté l’escalier jusqu’au deuxième étage, la limite des escaliers qu’on peut monter à pieds. En haut, la vue est superbe, on peut voir la Seine et essayer de trouver les bâtiments et les monuments importants.


Lundi, on a dû aller au consulat de Sénégal pour les entretiens des visas. C’était une visite assez longue mais tout à fait nécessaire. Après le visite on est allés à la Notre Dame. L’église est très belle mais la queue d’entrée était trop longue alors nous l’avons admiré de l’extérieur. Nous nous sommes promenés au long de la Seine après avoir traversé le pont à côté pour voir les livres des bouquinistes avec leur affaires à vendre. Nous avons mangé dans un petit restaurant très bon. Ensuite, on a eu une visite guidée de la Cinématique, un musée du film et du cinéma. La visite était très intéressante et nous avons vu les machines et les anciens appareils qui existaient avant pour les spectacles. Plus tard, nous avons bu des boissons chaudes au café pour se reposer un peu. Cet endroit-là n’est pas loin de Bercy. Après un diner à l’auberge, nous sommes allés au ancien cinéma pour voir le film « Dolce Vita » dans le quartier latin. Nous avons vu la culture artistique et nostalgique de ce quartier.

Mardi, on est allés au musée Quai Branly, près de la Tour Eiffel. C’est un musée d’anthropologie avec plein de collections qui montrent l’histoire de la race humain de chaque continent. Il faisait très beau et on y est allés à pied. Plus tard, chaque étudiant avait un quartier à visiter selon des chapitres spécifiques qu’on a choisi du livre « Quinze Promenades Sociologique : Paris ». J’en ai visité plusieurs pendant la semaine avec mes camarades. Il y en a un qui s’appelle Oberkampf, une promenade de cafés et des bars où habite une population jeune, diverse, et vivante. La mienne, c’était la gare St. Lazare, un gare énorme. Le soir, on est allé tous ensemble à la Comédie Français pour voir « Un fil à la Patte », une pièce très rigolo qu’on connaissait parce qu’on l’a lit en cour. Après la pièce, le Louvre était juste à quelques mètres de et nous sommes y allé pour voir le pyramide la nuit avec les lumières. C’était incroyable.


Mercredi, on a fait une promenade avec notre professeur de sciences politiques qui habite à Paris. Il nous a montré tous des meubles important du gouvernement actuel et du passé. On s’est donné rendez-vous aux Tuileries, il nous a expliqué la construction de la place de la Concorde qui est juste là, l’Assemblée National, et tous les bureaux des députes. On a vu quelques députés et ministres dans la rue. On a vu le Sénat, qui est dans le quartier Latin, près de la Panthéon et juste en face du jardin Luxembourg. Nous avons vu la Sorbonne, une université très connu, et les rue des manifestations qui s’est passés en 1968. Nous avons mangé au restaurant chic dans le quartier latin avec la directrice et notre professeur avant un après-midi libre au Jardin des Plantes. Après avoir fait le tour du jardin, je suis allée encore une fois au jardin Luxembourg parce qu’un vrai œuvre d’art. Le soir, nous avons vu un spectacle de danse qui était très original au centre culturelle irlandais.


Jeudi, nous étions libre toute la journée. Je suis allée au Centre Pompidou, le musée d’art moderne. C’était génial et j’avais l’impression que je peux passer toute une semaine là-dedans. L’après-midi, nous nous sommes promenés au bord de la Seine et nous avons trouvé au Pont de l’Archevêché, le pont avec tous les cadenas que les couples ferment partout. J’ai pris le métro au Mont Martyr et Sacre Cœur, une belle église avec un vue super de la ville. On est sorti pour voir les bars d’Oberkampf le soir. On prend le métro souvent et les voies semblaient compliqué au début mais maintenant qu’on a l’habitude c’est très simple.


Vendredi, on a passé la journée à Versailles. C’est absolument magnifique à l’intérieur et charmante à l’extérieur aussi. Le palais a plein de chambres extraordinaires qu’on a vues. Le jardin est très grand et il y a aussi des bâtiments de Marie Antoinette qui sont très beaux. Je préférais me promener au dehors pour voir le lac et le foret parce que la construction des jardins est absolument exceptionnelle. Après avoir vu la grandeur du palais, la ferme vers la périphérie du jardin est modeste et sirène. Le soir, on est rentrés en ville et on est allés au Sunset Club qui se trouve dans une rue très vivante avec plein de bars. On a vu un concert de jazz d’un groupe américain qui était fabuleux.


Tout le monde est parti samedi matin pour la semaine des vacances mais je suis restée à Paris avec une copine. On est allé à une hôtel dans le quartier latin, près de Saint Germain. Pendant l’après-midi, on s’est promené dans la rue. On a retrouvé le Panthéon et la Sorbonne et on a découvert des magasins et jolies rues. Nous avons mangé plein de desserts chez un chocolatier célébré qui s’appelle Larnicol. Plus tard, je suis allée chez une copine qui habite à Paris et elle m’a montré la Madeleine, la Place Vendôme, et un quartier de grandes marques. Nous avons mangé chez Ladurée, un restaurant connu pour les macarons.


Dimanche, je suis allée au Musée D’Orsay pour voir la collection permanent, surtout les impressionnistes, l’architecture impressionnante, et une exposition du nu masculin pendant tout l’histoire de l’art. Mon tableau préféré, Les Coquelicots de Monet est au Musée D’Orsay parce que ça fait partie de la collection de Monet. J’ai vu d’autres tableaux de Monet qui représentent les jardins de Giverny et la cathédrale de Rouen. Monet a peint le Notre Dame de Rouen plusieurs fois et ça fait drôle de voir un endroit très familier qui était l’inspiration d’un esprit artistique si remarquable. J’ai diné près de notre hôtel, à Café de Flore qui est assez symbolique du quartier.


Lundi, je suis allée à Grenoble pour passer les vacances chez des amis aux Alpes. C’était plus ou moins facile de trouver la voie et le train qu’il me fallait et j’ai trouvé mes amies en ville à Grenoble sans problème. Grenoble était un surpris après une semaine à Paris parce que l’ambiance est complètement diffèrent. Dès qu’on descend le train, on voie les montagnes tout autour de la ville qui se situe dans une vallée. C’est très beau et la famille que j’ai visitée habite dans un petit village en haut d’un des montagnes. Les jeux olympiques d’hiver s’est passé à Grenoble il y a une dizaine d’années et les sports d’hiver sont très populaire là-bas. Le village des amis s’appelle Autran et il y a plein de pistes de ski. L’hiver est long et intense et les gens des montagnes ont une vraie culture d’hiver pour survivre sans descendre en ville si les routes sont trop dangereuses. Il y a une seule boulangerie, une pâtisserie, une boucherie, une laiterie, et c’est presque tout. Parfois l’hiver les enfants sont obligés d’aller à l’école à ski. Pendant la semaine, on a fait de randonné et j’ai beaucoup joué avec les quatre enfants.


La rentrée à Rouen était un peu difficile à cause des transports publics, mais finalement ma mère d’accueil est venue me chercher à la gare et je suis revenue à la maison. J’étais très contente de la revoir elle et j’étais beaucoup plus capable de lui raconter mes expériences. Maintenant il faut me un sommeil !

Cinquième Semaine à Rouen

Maintenant qu’on se considère presque les rouennais, on savoure les petit merveilles de la vie français, et spécifiquement la vie rouennaise. Il fait déjà la météo de l’automne en Normandie, il y a parfois le ciel gris et la pluie. Mais la météo a une certaine charme, particulièrement en ville avec tous les écharpes qui volet dans le vent et le foule de parapluies dans la rue. L’air est frais et agréable, et la nourriture de Normandie réchauffe toujours le corps après une journée à pieds ou en cours. Des fois, nous descendons en ville en petits groupes après les cours pour prendre une baguette tout chaud qui est sortie du four il y a un moment, et on le partage pendant le petit voyage en métro.

On va au cinéma pour voir les films qui est sortie au festival de Cannes et qui sont maintenant disponibles au publique. On essaie de gouter tous les parfums de macaron à la pâtisserie préférée, pour trouver la mieux. Les uns et les autres vont à Paris ou à Barcelona pour les petits séjours, parce qu’il y a plein de villes français et européens qui sont assez proche pour passer une nuit ou un week-end. On découvre lentement les petites nuances culturelles, ceux qui accompagnent un regard ou une geste spécifique, on apprend des phrases utiles et quotidiennes, et on comprend les différences subtiles entre un mot français et un mot anglais, même deux mots français. On voie la fierté que les français ont de leur langue et leur façon de vivre. En cours et en famille, on devient capable de discuter les évènements mondiaux et les spectacles artistiques.


Je me réfléchis un peu sur l’esprit français que j’ai vu jusqu’ici. Par exemple, on dit pour les études des affaires légales, aux Etats-Unis ont dit les études de « la loi, » mais en France on dit les études de « droit ». Je trouve que c’est vraiment un point du vu inverse, et une différence puissante. On garde les gestes familières, particulièrement le sourire, pour les vrais amis. En effet, ça le rendre plus significatif et plus intime parce qu’on ne gaspille un sourire pour n’importe quel personne qu’on trouve en face de soi. Au début, il parait un peu inamical, mais maintenant ça fait du sens. Dès qu’on connait le raisonnement qui explique un comportement diffèrent que ceux du pays maternel, on voie qu’il est inutile de juger l’un par la norme de l’autre : ni l’un ni l’autre est meilleur, de tout façon il signifie les valeurs de chacun.

En plus, on se prépare pour la semaine à Paris, qui approche très vite, en lisant la pièce de théâtre qu’on va voir ensemble. C’est une ancienne comédie, qui s’appelle « Un fil à la patte » et tout le monde rirent pendant notre petit interprétation. On s’entend tellement bien.

Quatrième Semaine à Rouen

J’ai passé une semaine plus calme et plus normale. J’étais un peu fatigué après le week-end alors j’ai récupéré un peu, je suis allées au cours des sports avec des amis, et je suis allée aux cours. J’ai cuisiné un peu avec ma mère d’accueil, qui cuisine souvent les plats très caractéristique de la Normandie. On utilise souvent du lait, de la crème, du beurre, et du poisson. On mange du pain à chaque repas, c’est excellente et fraiche chaque jour. Nous avons toujours des pommes régionaux qui sont connus. Nous avons fait un plat avec de la crème, du citron, du poivre, du sel, et du saumon, avec des pattes. Elle a une façon d’utiliser les ingrédients très simples pour faire quelque chose vraiment délicieux. J’ai de la chance parce que le père de ma mère d’accueil était cuisinier et elle a appris son métier.

J’ai fait un peu de shopping avec les filles en ville. Nous avons trouvé que les filles françaises s’habillent très bien tout le temps et alors nous voulions essayer la mode français un peu. Nous aimons s’assoir devant la cathédrale pour passer du temps aussi, et peut-être acheter un macaron.

Vendredi après-midi, nous avons assisté un examen du niveau de français à la fac de Pasteur avec des autres étudiants internationaux. C’était un contrôle générale du niveau de la langue pour savoir comment forts sont les compétences. Ensuite, vendredi soir, j’ai rencontré des membres de ma famille d’accueil qui habitent un peu loin de Rouen et qui sont restés avec nous pendant le weekend. C’est difficile à suivre la conversation avec un groupe plus large quand tout le monde parlent vite et fort, mais j’arrive à mieux participer. Je trouve qu’il faut un moment avec chaque personne que je rencontre pour apprendre leur façon de parler – l’intonation, la vitesse, l’accent, et la rythme. Mais ça deviens de plus en plus facile.

Samedi, nous sommes allés en groupe au port de Rouen pour faire un petit tour en bateau. C’était sympa parce que j’ai vu plusieurs fois le port quand je fais du jogging au long de la Seine et en fait j’avais vu la bateau de la tour. La porte est beaucoup plus grande que la section dont on a accès pour faire du sport, et nous avons appris beaucoup sur le commerce de la région pendant le tour. Notamment, Rouen est un port très important pour l’exportation des céréales à l’Afrique. La directrice est venue avec nous et elle nous a amené au restaurant se trouve le meilleur chocolat chaud de Rouen pour boire une boisson chaude. J’ai pris un chocolat chaude et c’était fantastique, presque seulement le chocolat chauffé.



Troisième semaine à Rouen

Nous avons passé les premiers contrôles en cours cette semaine, mais ce n’était pas mal. Nous étions plus ou moins prêtes et je crois que les résultats vont être bons. Nous avons passé les cours d’habitude et nous avons trouvé des autres activités après les cours. Il y a beaucoup d’expositions et de congrès de la recherche qu’on peut assister. Je suis allée avec ma mère d’accueil au congrès des relations raciaux en France. En générale, je trouve que les français s’intéressent aux nouvelles et aux questions politiques mondiales et ils regardent souvent les journaux télévisés. Moi, je les regarde tous les soirs avec ma famille – par exemple les reportages sur la violence en Syrie et sur les problèmes des nombreuse immigrés de Romani. Je suis maintenant mieux informé des difficultés entre pays, même entre les gens étrangères qui s’installent dans un nouveau pays ou plusieurs races qui habitent ensemble. Ces problèmes-là sont familiers et on les trouve partout dans le monde mais c’est évident que les français préfèrent les confronter pour formuler une solution réaliste et ils suivent les nouvelles pendants plusieurs semaine, jusqu’à la solution. J’ai discuté beaucoup avec ma mère d’accueil pour comparer les relations de la France et des français avec le monde, et les relations des Etats-Unis et les américains.

C’est petits leçons culturelles et nos discussions en cour d’excursion m’a préparé un peu pour le week-end. Vendredi matin, nous sommes partis à Basse-Normandie se trouvent les plages du débarquement et quelques musées de la seconde guerre mondiale. Vendredi après-midi, nous sommes allés au musée de Caen, un musée nouveau et grande qui nous a captivés. Il y a des images très impressionnante des Nazis, de l’Holocauste, et du débarquement qui nous n’avons jamais vue. A la fin du visite, nous avons regardé un petit film du débarquement avec l’avis des Allies à la droite et les allemands à gauche. Nous étions étonnés d’avoir vu les images vraies de la guerre.

Plus tard, nous avons remonté le car pour aller à Bayeux. Il y a une tapisserie très ancien et très connu de l’histoire de la côte de la France que nous avons vu. Les gens l’ont fait à la main pendant plusieurs années et c’est très, très grand. Nous avons bien mangé et bien dormi cette nuit à l’hôtel. Le soir, on a discuté tous qu’on a vu au musée avant de se coucher, en anticipation du prochain jour.

Samedi matin, nous nous sommes levés tôt, nous avons mangé un grand petit-déjeuner à l’hôtel, et nous avons monté le bus. Le premier endroit du jour était le cimetière et le mémorial des soldats américains qui sont morts le Jour J et pendant le débarquement. J’ai descendu le bus et j’ai suivi le groupe au long d’un petit chemin. A la fin du chemin, j’ai tourné et j’étais complètement surmonté par l’émotion. Tout un champ de croix blanches était devant moi, assez loin que je les voyais dans tous les sens. L’océan était en arrière et deux drapeaux étaient en face. Pendant une heure, je me suis promené entre les croix, en lisant les noms des soldats. C’était si émouvant que j’ai lutté à trouver des mots pour décrire ceux que j’ai vue, ceux que j’ai senti, même en anglais. Les croix représentent seulement une partie des morts américains du débarquement, il y avait des familles qui voulaient que leurs fils étaient enterrés aux États-Unis. C’était impossible de comprendre la perte de tous les américains qui sont enterré là-bas dans le cimetière. Alors, nous avons tous trouvé que l’esprit humain n’est pas capable de comprendre le deuil de ce jour-là, de cette bataille, de tous les soldats américains de la guerre, de tous les soldats du monde, et aussi de tous les morts civils partout dans le monde pendant ces années-là.


Nous sommes partis pour les plages du débarquement, Omaha Beach, Point du Hoc, et Utah Beach, qui étaient également touchants. Nous avons du mal à imaginer tous les bateaux et les soldats qui ont débarqué sur le sable, parfaitement conscient qu’ils allaient probablement mourir.

Plus tard, nous sommes allés à Mont Saint-Michel. C’est une ville qui se trouve sur une petite ile, entouré de sable mouille quand la marée est partie et entouré d’eau quand il revient. L’architecture est très vieux, notamment ceux de l’abbaye ancien en haute de l’ile. En route, nous avons du arrêter le car pour une centaine d’agneaux qui traversaient la rue. Nous avons pu voir l’ile à l’horizon et finalement nous sommes arrivés en bas de la rue principale. C’est une rue pavé et incliné et c’était dur de monter les valises. Les chambres d’hôtel avaient des vues immenses du sable. Nous sommes descendus la rue pour aller au restaurant et nous sommes restés pendant presque trois heures pour un repas excellent de quatre parties et une conversation très intéressants. Tous les membres du groupe s’entendent bien et nous sommes passés un jour très dur mais un jour qui nous a fait plus proche.


Dimanche, nous avons fait un tour guidée de tout la ville et l’abbaye. Il y a une histoire très riche de l’abbaye et il y a une vue vraiment super à l’autre face du bâtiment. Nous avons déjeuné en ville et nous avons acheté des cadeaux dans des magasins, puis nous sommes retourné à Rouen après un week-end exceptionnel.

Deuxième Semaine à Rouen

Cette semaine, nous avons commencé les cours sérieux – les études africaines, la grammaire, la littérature, l’expression orale, les études des excursions nous allons faire en France et au Sénégal, et on a eu le choix entre les sciences politiques et l’histoire de l’art. C’est seulement nous onze en cours, alors nous pouvons demander facilement les questions si nous ne comprenons pas un mot ou une phrase, et c’est le bon niveau du français pur bien apprendre. On prend les transports communs pour aller au Mont Saint-Aignon, on passe les jours en cours et dans notre petite salle des étudiants, puis on rentre chez nous pour un super repas avec nos familles. On prend le déjeuner au café chez Place Colbert, a côté du bâtiment des étudiants internationaux.

Nous avons parfois les petits rendez-vous avec les étudiants français, par exemple un jour on avait un « pot-luck » ou chacun a apporté un plat pour partager et tout le monde a gouté tous les plats. Nous avons rencontré beaucoup des français et nous avons pris les numéros téléphones pour les voir plus tard.

Les cours vont bien, la prof de grammaire est très heureuse de nous apprendre les leçons et à cause de son enthousiasme, le temps passe très vite. C’est probablement mon cours préféré, soit la grammaire, soit les sciences politiques. Le prof de sciences politiques habite à Paris et il vient une fois par semaine pour nous voir. Il est vraiment passionné de la politique. Il enseigne à la Sorbonne mais il est capable de simplifier tous ce qu’il connait et nous fait une leçon des dates, des noms, et des thèmes de l’histoire. Il nous donnera une connaissance de la France après la seconde guerre mondiale pour mieux comprendre le politique contemporaine. Ce cours se passe à la fac Pasteur, à Rouen. C’est aussi la fac de droite. Je trouve intéressante qu’aux États-Unis on dit « les étudies de la loi » par contre en France on l’appelle « les étudies du droit ». C’est un optique intéressante.

Jeudi, les américaines qui veulent rester à Rouen pendant tout l’année sont allées au centre de radiologie près de la gare pour faire les radios pur vérifier qu’on n’a pas de tuberculose. La directrice est venue avec nous pour aider avec la communication. Ensuite, nous sommes allées en groupe à l’office de l’immigration à Rouen pour obtenir les Visas de long séjour.

Vendredi, nous sommes allés au Giverny pour voir la maison et le jardin de Claude Monet.Le jardin était fabuleux et nous étions contents de rester là-bas pendant toute la journée. Il y avait énormément de fleurs et aussi la mare des lis Monet a peint beaucoup de tableau de l’eau et des reflets de la végétation. La maison est aussi beau que le jardin avec des couleurs vivantes et les formes uniques. Nous avons mangé à une crêperie et ensuite nous sommes allés au château ancien. Le paysage était vraiment excellente et nous avons exploré les ruines du château pendant.


Maintenant, on est tous confortable avec les transports communs et les familles d’accueil. Au début, nous n’étions pas tous à l’aise avec les habitudes qui était un peu diffèrent et nous hésitions à demander des questions aux familles. Maintenant on comprend que tous les familles aiment avoir les étudiants et ils sont ouvertes aux idées différents. Nous apprenons les habitudes divers des repas, par exemple les familles qui mangent plus tôt le soir. En plus, les aspects culturelles sont mieux connus, les bisous, les phrases quotidiennes, et tous. On est plus connaissant que nous ne sommes pas en vacances, on vive vraiment ici.


La Première Semaine à Rouen

Salut, on commence l’histoire du programme de St. Lawrence University et l’Université de Rouen en automne 2013 ! Maintenant c’est presque la fin du premier mois en France et je raconte tous les évènements de l’orientation et le début de la vie à Rouen pour nous.

Nous sommes arrivés le 30 aout à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris après un vol qui semblait très long à cause d’anticipation pour l’arrivée en France! Nous sommes allés à Rouen en bus et nous sommes installés dans un hôtel. L’hôtel était petit mais il nous a donné une ambiance très sympa et très authentique de la France, avec l’architecture caractéristique de la région et un petit café. Tous les onze étudiants avaient leurs propre chambres, qui étaient jolies et qui avaient un vue de la rue ou du jardin qui se situe dans la centre de l’hôtel. Moi, j’avais une petite chambre avec deux étages, un petit escalier, et un balcon qui me donnaient un vue de la rue et le jardin. Nous avons mangé le petit-déjeuner de croissants et de pain dans le café chaque jour.

La vue de la balcon

Le premier jour à Rouen, nous nous sommes promenés dans la rue pour faire connaissance de la ville. Il y a beaucoup de circulation des piétons. L’architecture est très vieille et impressionnant. On a vu la cathédrale de la Notre Dame et la place Jeanne D’Arc, plusieurs restaurants, un vieux marché des produits fraiches, et une église très original juste à côté de l’endroit Jeanne est morte. Il y a beaucoup de petits magasins à voir et on a eu plein du temps libre pour les découvrir. On est au bord de la Seine et le fleuve était particulièrement beau grâce au soleil. Nous avons mangé à une crêperie et nous avons gouté le cidre et le poireau, des boissons de la région. La Normandie est très connu pour les pommes, les poires, et aussi les produits laitières. Tous les repas du weekend étaient absolument délicieux.

Il y avait un spectacle des lumières et d’images sur la face de la cathédrale la nuit pendant l’été et on a profité de la dernière semaine qu’on pouvait le voir. C’était des images et de la musique avec un thème de Jeanne D’Arc et de l’art impressionniste. La région Haute-Normandie, on se trouve, est aussi connue comme l’inspiration de plusieurs artistes impressionniste, particulièrement Claude Monet.

Dimanche matin le premier week-end, nous sommes allés au marché pour voir tous les légumes, les fruits, la charcuterie, et toutes sortes de produits que les gens vendent en plein air. Il y avait du monde dans les rues mais c’était très sympa parce que les produits sont toujours de bonnes qualités et nous avons achetés de jolies fleurs pour les familles d’accueils qui sont venus pour nous rencontrer plus tard l’après-midi.

A l’hôtel, nous avons pris les boissons chaudes et les petits desserts avec les familles d’accueil, qui étaient tous très heureux de nous rencontrer. Je suis partie avec ma mère d’accueil et elle m’a amené chez elle. Quelques-uns des étudiants habitent dans le centre-ville en appartement ou en maison, et d’autres sont un peu plus loin à Mont Saint-Aignon, un village qui se trouve plutôt dans la campagne. C’est là-bas ou se trouve la faculté où nous étudions aussi, sur un colline avec un vue panoramique de la ville. J’habite dans un appartement près de l’Hôtel de Ville, un grand bâtiment des affaires administratives de la ville avec une grande statue de Napoléon en face et un parc à côté.

L'Hotel de Ville


Lundi, tout le monde a dû trouver la gare pour un petit rendez-vous. C’est un endroit central où on peut prendre la gare, le bus, ou le métro. La directrice du programme nous a appris comment prendre le bus à la fac de Mont Saint-Aignon nous avons nos cours et les ressources uniquement pour les étudiants internationaux. Il fallait pratiquer un peu comment trouver les routes avec les transports communs mais c’est vraiment simple. Après être arrivés à la fac, nous avons fait un petit tour du campus pour voir tous les restaurants, la bibliothèque, et les autres bâtiments. Pendant le première semaine, on a suis le cours de français moins formel pour commencer d’entendre et de parler en français et ce cours nous a permis de trouver le rythme des jours. Les après-midis, nous avons fait les petites activités culturelles en ville.

Un des jours, nous sommes allés à une petite école d’art et avec les professeurs d’art nous sommes allés à la cathédrale avec des papiers et des crayons pour dessiner avec  les conseils des professeurs. Nous avons utilisé les crayons aquarelle, alors nous avons  dessiné un peu et après nous avons ajouté un peu d’eau pour un effet plus liquide. Nous avons appris comment trouver la lumière et l’orbe dans les détails et c’était sympa d’apprendre un peu de vocabulaire pour décrire l’art ou simplement quelque chose de beauté.

Un autre après-midi, nous sommes allés au Musée des Beaux-Arts et nous avons vu l’exposition des artistes impressionnistes qui ont travaillé ici en Normandie. Les œuvres étaient tous très beau. Les tableaux impressionnistes concernent souvent l’eau et les reflets, des sujets qui deviennent magnifique. Je n’ai pas encore vu le reste du musée mais c’est un très bon musée et certainement un des endroits il faut connaitre à Rouen. Ensuite, le groupe est allé à l’atelier restaurant Faites-Le-Vous-Même. Un atelier est une entreprise on apprend comment faire quelque chose, donc la moitié du groupe a fait le diner et les autres ont fait les desserts. La nourriture était fabuleuse et nous nous sommes amusés.

Le prochain après-midi, nous sommes allés à l’école nationale des boulangères pour apprendre comment faire le pain. Nous avons vu chaque étape du procès et tous les ingrédients: de la farine, de la levure, du sel, et de l’eau. C’était particulièrement intéressante parce que nous avons trouvé immédiatement que le pain est très important de la vie français.

Le dernier jour de la première semaine, nous avons eu un rendez-vous à la gare et nous avons pris un petit bus pour aller aux trois abbayes de la région. Ils étaient très intéressants malgré un peu de pluie. La pluie est une autre caractéristique essentielle de la Normandie, mais il ne nous dérange pas. La première abbaye avait un jardin impeccable de jolies fleurs et une grande église, le deuxième est en ruine mais il est aussi impressionnant grâce à l’architecture, et des moines habitent encore la troisième que nous avons visité. Tous les gens que nous avons rencontré étaient très content de parler avec nous et de nous montrer leur spécialité. Aussi important, tous les étudiants aiment bien leurs familles et les activités culturelles parce que chaque jour nous avons la chance de discuter avec quelqu’un différente qui nous partage une autre façon de la culture ou de l’histoire.

Le weekend, c’est le temps de profiter du temps libre avec les familles qui nous montrent leurs amis et leurs habitudes dans la ville. Nous avons trouvé les repas ou les desserts préférés et nos habitudes. Par exemple, nous aimons rester au café avec une boisson pendant une heure, faire du jogging au long de la Seine, ou sortir la nuit pour rencontrer les jeunes français. J’aime aussi aller au marché en plein air le dimanche.

La Rue Gros Horloge - un des plus jolies rues

Le marche en plein air

Un abbaye que nous avons vu

La Fin

Il est incroyable, mais il ne reste que deux jours en France pour le group de St. Lawrence d’automne 2010. Je voudrais parler brièvement de la fin de ce semestre.

Je pense que la fin a commencé (si on peut même dire ça) avec Thanksgiving. À St. Lawrence, après les vacances de Thanksgiving, on sait que le semestre est presque fini, et nous avons eu le même sentiment ici en France. Mais en attendant le 25 novembre, nous nous demandions comment Thanksgiving serait célébrer en France, parce que évidemment c’est un fête américain avec les traditions tellement américaines. Mais nos angoisses n’étaient pas nécessaires. Nous avons célébré Thanksgiving à un restaurant à la Place du Vieux Marché (chez le Restaurant de Maupassant) avec tout le groupe, la directrice, Joan Dargan, son assistant, Sophie Picavet, un grand nombre de nos professeurs, et même deux familles américaines de deux étudiantes du groupe ! Maura Hamel, une étudiante du groupe, a donné un excellent toast avant de manger qui a parlé de l’histoire et l’importance de cette fête. Il était une forme d’explication pour les français et les françaises là, et une forme de rappel pour nous. Bien sur, Maura a fini avec quelques remerciements aux professeurs pour nous enseigner la culture et l’histoire française, aux Madame Dargan et Sophie Picavet pour organiser un séjour magnifique pour nous, et à tout le monde pour être là ensemble.

Bien que nous ayons été en France et dans un restaurant français pour cette fête américaine, les chefs chez le restaurant de Maupassant ont fait un grand effort pour nous donner le repas américain ! Nous avons gardé la tradition française de l’apéritif avant le repas, mais puis nous avons mangé la dinde, la purée, et la farce comme d’habitude aux Etats-Unis avec une pâte d’amande et un peu de ratatouille pour une touche française. Ensuite nous avons mangé une tarte aux pommes pour le dessert. Le repas n’était pas exactement le même que le repas américain de Thanksgiving, mais il était très bon quand-même et il était tres gentil des chefs d’avoir fait un repas américain pour nous, même s’il était un peu différent pour eux. D’ailleurs, il était vraiment le bon sentiment d’être ensemble pendant cette fête américaine plutôt que la nourriture qui était important pour nous et qui nous a fait plaisir ce jour-là !

Comme j’ai dit tout à l’heure, la fin a commencé après Thanksgiving. De ce moment-là, nous n’avions que les cours jusqu’à la fin du semestre ; plus de vacances et plus d’excursions. Mais le temps a passé vite avec beaucoup d’heures de cours à suivre, des papiers à écrire, et des exposés à préparer. Toujours, la semaine des examens s’approchait, et enfin, c’était le weekend avant.

Du samedi 11 décembre au jeudi 16 décembre, il y aurait quatre moments d’adieu. Le premier s’est passé chez une des familles d’accueil qui était vraiment sympa de tous nous etudeiants accueillis pour un repas ensemble. Nous avons cuit quelques types de nourriture américaine pour nous nous amuser, surtout les cookies.

Le lendemain, le dimanche 12 décembre, il y avait un cocktail pour tous les étudiants, les enseignants, les familles d’accueil de Rouen, et les familles d’accueil de la campagne. Evidemment il y avait beaucoup de monde ! C’était une excellente occasion de parler et discuter pour une dernière fois avec tous ceux que nous avons trouvé important et aimable pendant notre séjour.

Aujourd’hui, on est le mercredi 15 décembre. On aura le troisième moment d’adieu aujourd’hui chez un de nos professeurs de la littérature française. Nos deux professeurs de littérature seront là pour nous accueillir. Nous allons goûter du vin et du fromage ensemble. Ça serait vraiment un adieu français parce que l’importance du vin et du fromage dans la vie quotidienne ne sera pas pareil bientôt aux Etats-Unis. En fait, pour quelques entre nous, ce rendez-vous sera le dernier adieu. Plusieurs étudiants partiront le vendredi 16 décembre.

Mais pour ceux entre nous qui va rester jusqu’à le vendredi 17 décembre, il y aura un quatrième moment d’adieu au Café Lili Jeanne pendant le jeudi après-midi. Nous pourrons prendre un dernier café ensemble et avoir une fin vraiment francaise!

Je voudrais dire au revoir à tous et à toutes qui m’a accompagné et qui m’aidé pendant mon temps en France. Je voudrais vous remercier pour un excellent séjour que je ne l’oublierai jamais !

The End

It’s unbelievable, but there are only two days left of our time in France for the Fall 2010 St. Lawrence group. I would like to speak briefly now about the end of our semester.

I think the end began (if you can actually say that) with Thanksgiving. At St. Lawrence, after Thanksgiving vacation, everyone knows that the semester is almost over, and we had the same feeling here in France. But waiting for the 25th of November, we were wondering how Thanksgiving would be celebrated for us in France, because it’s clearly an American holiday with very American traditions. But our worries proved unnecessary. We celebrated Thanksgiving in a restaurant at the Place du Vieux Marche (at the Maupassant Restaurant) with the whole group, the director, Joan Dargan, her assistant, Sophie Picavet, many of our professors, and even two families of two students in our group! Maura Hamel, one of the students here, gave a great toast before we all ate. She spoke about the history and the importance of this holiday. It was a form of explication for all of the French people there, and it was a good reminder for the rest of us. Of course, Maura finished by giving several thanks: to our professors for teaching us about the French culture and French history, to Madame Dargan and Sophie Picavet for organizing an excellent trip for us, and to everyone for being there together.

Even though we were in France in a French restaurant for this American holiday, the chefs at the Maupassant Restaurant made a big effort to give us an American meal! We stuck with the French tradition of having an aperitif before the meal, but then we ate turkey, mashed potatoes, and stuffing just like in the United States, with some almond paste and some ratatouille for a French touch. Afterwards we ate an apple tart (not really apple pie, because pies don’t really exist in France) for dessert. The meal wasn’t exactly the same as the American Thanksgiving, but it was very good anyways, and it was very nice of the chefs to have made an American meal for us, even if it was a little different for them. Besides, it was really the feeling of being together during this American holiday, rather than the food, that was important for us and that made us feel good that day!

Like I said earlier, the end began after Thanksgiving. From that moment, we only had classes until the end of the semester: no more vacation and no more excursions. But the time passed quickly with lots of hours of class, papers to write, and presentations to prepare. Exam week was always approaching, and finally, it was the weekend before.

From Saturday, December 11 to Thursday, December 16, we were scheduled to have four parting moments. The first was held at the home of one of the host families, who was nice enough to allow all of us students to have a dinner together. We cooked several kinds of American food for amusement, most importantly, cookies.

The day after, Sunday, December 12, there was a cocktail for all of the students, the teachers, the host families from Rouen, and the host families from the countryside. Obviously, there were a lot of people there! It was a great way to talk one last time with all the people that we had considered important and helpful to us during our stay.

Today is Wednesday, December 15. We will have the third parting moment today at the home of one of our French Literature professors. Our two Literature professors will be there to welcome us. We are going to have a wine and cheese tasting together. This will really be a French good-bye, because the significance of wine and cheese as part of everyday life will not be the same once we return to the United States. In fact, for some of us, this gathering will be the last good-bye. Several students will be leaving Thursday, December 16.

But for those of us who are going to stay until Friday, December 17, there will be a fourth parting moment at the Lili Jeanne Café Thursday afternoon. We can have a final coffee together and have a real french ending!

I would like to say good-bye to everyone who was with me and who helped me during my time in France. I would like to thank you for an excellent trip that I will never forget!

- Robin Hart

La Vie Rouennaise

La Vie Rouennaise Quotidienne

Le programme ici en France trouve sa maison dans la ville de Rouen, nord de Paris. C’est une très jolie petite ville sur la Seine. La ville est divisé, comme Paris, dans la Rive Droite et la Rive Gauche. La Rive Gauche est plus industrielle, résidentielle, et commerciale. Il n’y a rien qui attire vraiment les gens. Mais la Rive Droite, ou que tous les étudiants sont logés, est pleine d’histoire et de charme.

J’ai passé beaucoup d’après midi, avec des amis, à me promener dans les petites ruelles, prendre un petit café dans un petit café français, à faire du shopping sur la Rue de la Gros Horloge, à courir sur les quais de la Seine. Pendant les quatre mois que nous avons passé ici je ne peux pas dire que je n’avais rien à faire.

La Rue de la Gros Horloge est dans le centre de la ville (Rive Droite). On y retrouve beaucoup beaucoup de magasins. Il y a des boutiques de vêtements, parfums, scrapbooking, décor, et bien sur de chaussures. C’est une rue qui est seulement pour les piétons alors c’est très plaisant. Et bien sur il ne faut pas oublier la présence de la Gros Horloge, qui donne le nom à la rue. Il y a une très grande horloge magnifique dans le milieu de cette rue. Elle est en hors et puis autours c’est en béton mais c’est tous travaillé. C’est très joli.

La Rue de la Gros Horloge connecte la Cathédrale et le Vieux Marché. La Cathédrale ici à Rouen est encore plus impressionnante que la Cathédrale de Notre Dame de Paris. Ce n’est pas seulement le fait qu’elle est si vaste mais que elle est vraiment bien décorée aussi. Des fois on se demande un petit peu ce que cette cathédral fait à Rouen. Et, comme j’ai déjà dit, à l’autre but de la rue il y a les Vieux Marché. Sur la place, il y a l’église Jeanne d’Arc. Cette église, construite dans les années 1970’s, est très impressionnante car elle a une architecture très particulière. Et puis, il y a aussi un marché qui est ouvert tous les jours. C’est définitivement diffèrent de se que nous retrouvons en Amérique ! La place est entourée de petits restaurants, cafés, boulangeries, et des pâtisseries. Il y a aussi des petites boutiques sur toutes les rues qui partent de la place.

Rouen est vraiment une ville piétonne. Elle est assez petite que c’est très facile de se rendre d’un endroit à l’autre sans problème. Et puis si quelqu’un vie un petit peu plus loin du centre, il y a un très bon système de métro et de bus qui ne coute pas trop cher. Mais c’est très bien quand on a la chance de vivre proche du centre comme moi. Je peux simplement sortir, aller en ville rapidement, et revenir avec ce que je voulais dans quelques minutes.
Les cours que nous prenons ne sont pas à Rouen mais à Mont Saint-Aignan, une commune au nord de Rouen. Je marche personnellement à l’école chaque matin. Je suis très proche de Rouen alors je mets environ trente cinq minutes pour m’y rendre. Il y a une bonne colline à monter mais elle est très bonne pour être sur de faire de l’exercice tous les jours au cas ou on ne se rend pas sur les quais (ou que tout le monde cour dans Rouen). Alors durant les jours nous sommes tous à la Fac sur le Mont mais après nous descendons tous souvent pour aller dans Rouen chercher un petit café et peut être faire un peu de travail.
Il y a tellement de chose à dire sur Rouen. Ceci c’est seulement un petit schéma de la base de Rouen mais il y a beaucoup d’autres endroits et d’autres attractions. Il faudra que vous veniez en France pour découvrir cette merveilleuse ville Française !

Elizabeth Choiniere